Catégories
Lifestyle

Les Hongrois ont l'attitude la plus négative à l'égard des migrations en Europe

En Hongrie, les attitudes anti-immigrées sont les plus explicites et les plus répandues en Europe et le restent même après une légère baisse depuis 2016, selon une nouvelle étude.

Cinquante-sept pour cent des Hongrois ne veulent pas voir d'immigrants dans leur pays, contre 3 pour cent en Suède et 2 pour cent en Norvège, selon l'enquête biennale sur la société européenne (ESS), commandée par l'UE, rapporte le site scientifique Qubit.

Les chercheurs du Centre de recherche en sciences sociales ont analysé plusieurs comptes rendus de collecte de données et leurs résultats ont été publiés en collaboration avec la Friedrich-Ebert-Stiftung (FES), la plus ancienne fondation politique d'Allemagne. Leurs études ont examiné, entre autres, l'impact de la crise migratoire de 2015-2016 sur les sociétés européennes et les facteurs qui déterminent si les gens se comportent de manière acceptable ou négative envers les immigrés.

Article associé

La Hongrie achève la construction d'une barrière souterraine de 10 km de long

La Hongrie achève la construction d'une barrière souterraine de 10 km de long

La construction d’une section de 10 km de barrière souterraine autour de la frontière hongroise avec la Serbie s’est tranquillement achevée, rapporte le site d’information libéral hvg.hu. Le coût de la barrière supplémentaire, qui consiste à empêcher les entrées illégales en Hongrie par les tunnels souterrains, est de 38 millions HUF (104 491 EUR). Le ministère de l'Intérieur n'a pas précisé le (…) Continuer la lecture

En comparaison européenne, l'attitude négative des Hongrois est si extrême qu'elle dépasse même les attitudes des pays impliqués dans des conflits militaires ouverts, tels que la Russie, la Turquie et Israël, note Qubit.

Les habitants des pays postcommunistes d'Europe de l'Est sont plus dédaigneux à l'égard des immigrés que les populations des pays d'Europe occidentale. Un cinquième à la moitié des populations de cette région rejettent l'arrivée et l'installation d'immigrants en provenance de pays plus pauvres hors d'Europe, alors que ces proportions sont inférieures à 10 pour cent dans la plupart des pays d'Europe occidentale, selon l'enquête.

Vera Messing et Bence Ságvári, les deux auteurs de l'enquête, ont été interrogés par Qubit sur la raison de la division très explicite Est-Ouest en Europe en termes d'attitudes envers les immigrants et l'immigration. Plus précisément, on leur a demandé pourquoi la perception des immigrés dans les pays d'Europe occidentale n'a pas changé ou même amélioré au cours des cinq dernières années, alors qu'elle s'est fortement détériorée en Europe de l'Est.

«La conclusion la plus importante est que la ligne de fracture entre l'Europe de l'Est et de l'Ouest en termes de rejet de l'immigration a augmenté», ont souligné les chercheurs.

Les Hongrois sont de loin les plus dédaigneux à l'égard des immigrants en Europe (57%), suivis des Tchèques (42%), des Bulgares (40%) et des Slovaques (37%).

Six pays peuvent être identifiés comme intermédiaires sur le continent: les attitudes en Pologne, en Lituanie, en Slovénie et en Croatie sont nettement plus positives à l'égard des immigrés que la moyenne des pays postcommunistes, tandis que les Autrichiens et les Italiens pensent plus négativement aux l'immigration et les immigrés que les habitants d'Europe occidentale en général.

Illustration photo présentée par Tibor Rosta / MTI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *