Catégories
Lifestyle

Les groupes civils protestent contre le projet de loi du gouvernement renforçant les règles d'adoption

Onze organisations civiles ont protesté contre le nouveau projet de loi du gouvernement qui resserrerait les règles sur l'adoption dans une déclaration conjointe vendredi, affirmant que cela conduirait à ce que davantage d'enfants grandissent dans les soins de l'État et soient adoptés par des couples étrangers de l'étranger.

Dans leur déclaration publiée à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance, les groupes civils ont déclaré le projet de loi du gouvernement hongrois empêcherait les célibataires ainsi que les couples non mariés et de même sexe d'adopter un enfant, réduisant ainsi le nombre d'adoptions potentielles dans le pays.

Article associé

Nouvelle proposition de loi pour rendre l'adoption pour les personnes non mariées presque impossible

Nouvelle proposition de loi pour rendre l'adoption pour les personnes non mariées presque impossible

Juste après que le Parlement eut approuvé la prolongation de l'état d'urgence, le gouvernement a présenté mardi un amendement à la Constitution hongroise. La proposition, entre autres, déclare que «la mère est une femme, le père est un homme» et rendrait l'adoption presque impossible avec un nouvel amendement. La proposition stipule qu'un enfant, à l'exception (…) Continuer la lecture

Citant des experts, le communiqué a déclaré que les garderies d'État étaient incapables de fournir aux enfants l'attention et la sécurité émotionnelle dont ils ont besoin pour un développement sain, soulignant également le problème des abus dans certains foyers. La déclaration disait:

Il est donc dans l'intérêt de chaque enfant de grandir dans une famille ou sous la garde d'une communauté plutôt que dans une maison de soins.

Les groupes civils ont ajouté que cela était conforme aux directives des Nations Unies et du Conseil de l'Europe. Ils ont déclaré que le projet de loi restreindrait également davantage les droits des enfants transgenres et intersexués.

La déclaration a été signée par Amnesty International Hungary, Budapest Pride, le groupe de défense des droits des homosexuels Háttér Társaság, l'association Labrisz Lesbian, le groupe Parents and Supporters of LGBTQ Children, Asexual Hungary, le Comité Helsinki hongrois, l'Alliance LGBT hongroise, la communauté Prizma, qLit et l'Union hongroise des libertés civiles (TASZ).

photo vedette: Illustration (Pixabay)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *