Catégories
Lifestyle

La procédure de l'article 7 vise à exercer une pression politique sur la Hongrie – Daily News Hungary

Il est de nouveau devenu clair que la procédure de l'article 7 lancée contre la Hongrie au sujet de l'état de droit dans le pays «consiste à exercer une pression politique» sur la Hongrie, a déclaré mardi le ministre de la Justice à Bruxelles.

S'adressant à des journalistes hongrois après une réunion des ministres en charge des affaires de l'Union européenne, Judit Varga a déclaré que certains États membres n'étaient pas intéressés à organiser un vote pour conclure la procédure contre la Hongrie. Au lieu de cela, a-t-elle déclaré, leur objectif était de prolonger la procédure, arguant que maintenir à l'ordre du jour la critique de certains États membres d'Europe centrale augmenterait leurs taux d'approbation chez eux. En outre, la procédure sert de distraction de leurs problèmes domestiques, a ajouté Varga.

"Il n'y a plus d'arguments juridiques à faire valoir", a déclaré le ministre, ajoutant que la Hongrie recommandait de mettre fin à la procédure le plus rapidement possible.

Varga a dit

La chancelière allemande Angela Merkel, en tant que chef d’État du pays exerçant la présidence tournante de l’UE, avait promis à la Hongrie une conclusion rapide de la procédure.

Mais, a ajouté le ministre, si les autres États membres n'étaient pas disposés à y mettre fin, la Hongrie présenterait des exemples concrets démontrant «l'utilisation de deux poids deux mesures dans cette chasse aux sorcières politique».

Varga a également noté que

en juillet, le Conseil européen a approuvé les conditions politiques liées au prochain budget de l’Union.

Elle a déclaré que les dirigeants de l'UE avaient clairement indiqué qu'au lieu de vouloir lier des conditions spécifiques concernant l'état de droit à la distribution des fonds, ils considéraient qu'il était plus important de souligner le respect de l'état de droit en tant que principe général. Varga a déclaré que quiconque cherchait à apporter des modifications au paquet convenu cet été mettait en danger le «compromis fragile».

SZIJJÁRTÓ Péter ministre des Affaires étrangères

Lire aussiLe FM hongrois appelle la Commission européenne à cesser de créer des routes migratoires légales

La source: MTI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *