Catégories
Lifestyle

La nouvelle exposition du Musée national montre l'impact dévastateur de Trianon

Pour marquer le 100e anniversaire du Traité de Trianon, le Musée national hongrois a organisé une exposition temporaire au Museum Garden intitulée: «Szenvedő szerkezet – Hétköznapi Trianon». L’objectif de l’exposition est de montrer ce que c’était de vivre le traumatisme atroce de Trianon à l’époque et d’avoir un aperçu de ce à quoi la vie aurait pu ressembler en Hongrie dans la décennie suivante.

Le titre de l'exposition «Szenvedő szerkezet» est un jeu de mots qui se traduit par «voix passive». Cependant, le mot «szenvedő» peut également être traduit par «endurer» ou «souffrant»; par conséquent, le terme se réfère en fait à la Hongrie qui a dû accepter le traité de paix de Trianon en vertu duquel la Hongrie a perdu les deux tiers de son territoire au profit des pays voisins, ainsi qu'au peuple hongrois qui a dû subir le traumatisme des nouvelles frontières qui ont été redessinées. au-dessus de leurs têtes.

Photo: Attila Lambert / Hongrie aujourd'hui

L'exposition itinérante se déroule dans une immense tente semi-sphérique de 300 m² dans le jardin du musée juste à l'extérieur du musée national hongrois et attirera l'attention de tous les passants avec son apparence robuste et quelque peu futuriste.

Photo: Attila Lambert / Hongrie aujourd'hui

À l’entrée, divers panneaux en bois indiquent des dates et des informations importantes sur la Grande Guerre, notamment le nombre de morts choquant de la Hongrie. En entrant dans la pièce sombre avec une atmosphère sombre et sombre, vous pouvez avoir un aperçu de ce que cela aurait pu être de vivre le traumatisme de Trianon il y a cent ans, et avoir une idée de la vie quotidienne à l'époque.

Photo: Attlia Lambert / Hongrie aujourd'hui

À l'intérieur de la tente, la première chose que vous pouvez voir est la plaque du nom de la ville «Nagybajom», indiquant la première station de l'exposition, qui se concentre sur la signature du traité à Versailles le 4 juin 1920. Ce nom, tout comme le titre du l'exposition, est un jeu de mots intelligent, puisque le nom de la ville hongroise trouvée dans le comté de Somogy signifie à peu près «ma grande misère».

Photo: Attila Lambert / Hongrie aujourd'hui

Lors de l'exposition, vous pouvez vous retrouver dans les espaces stylisés caractéristiques du début du XXe siècle, parmi des installations interactives, inédites et grandeur nature. L'une des forces les plus notables de l'exposition est qu'elle parvient à combiner habilement les artefacts de cette période avec des solutions numériques innovantes, intéressantes et interactives.

Photo: Attila Lambert / Hongrie aujourd'hui

La pièce la plus créative est peut-être un projecteur, qui jette des images sur des pages blanches. Chaque fois que vous tournez les pages, grâce à un capteur de mouvement, une nouvelle image est projetée sur les papiers. Ce qui rend cette installation d'autant plus passionnante est le contenu des images montrant des croquis sur les théories les plus importantes sur les principales raisons qui ont conduit à Trianon.

Photo: Attila Lambert / Hongrie aujourd'hui

L'exposition du centenaire se concentre sur différents aspects de la vie, tels que l'agriculture, la santé, l'éducation et la finance, et montre les conséquences directes du traité de Trianon dans chacun d'eux, en brossant un tableau horrible et triste. Il parvient à réaliser tout cela sans jamais sortir de l'objectivité un seul instant. Et c'est l'une de ses principales réalisations.

Szenvedő Szerekezet kiállítás

Photo: Attila Lambert / Hongrie aujourd'hui

L'exposition itinérante peut être visitée gratuitement dans le jardin du musée jusqu'au 12 octobre, après quoi il est prévu qu'elle soit à Tata, Mosonmagyaróvár et Hajdúböszörmény.

Photo présentée par Attila Lambert / Hungary Today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *