Catégories
Lifestyle

Journée commémorative de l'Holocauste des Roms à Budapest – Daily News Hungary

La Journée commémorative de l'Holocauste des Roms a été célébrée dimanche à Budapest, 76 ans jour pour jour après que plus de 3 000 Roms et Sintis ont été tués par les nazis dans le camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau.

János Agócs, président du gouvernement autonome national rom, a déclaré que les victimes étaient de simples Roms: des mères, des pères et des enfants, s’exprimant au siège de l’organisation à Budapest.

enfants-gitans-pauvres

Lire aussiDébut du paiement des indemnités pour les Roms ségrégués

Leur persévérance est démontrée par le fait que parmi les victimes de l'Holocauste, seuls les Roms ne pouvaient pas être séparés de leurs familles par les meurtriers, a-t-il dit.

«On se souvient des victimes de cette idéologie meurtrière aujourd'hui avec un cœur lourd», a déclaré Agócs, ajoutant que la sympathie est également ressentie pour ceux qui subissent quotidiennement toute forme de discrimination.

Le secrétaire d'État adjoint chargé de renforcer les liens avec les groupes civils et la société, Vince Szalay-Bobrovniczky, a déclaré que le gouvernement reconnaissait sa tâche d'accroître la sensibilisation à l'Holocauste des Roms, tout en comblant les divisions entre les différents groupes de la société. Il a ajouté qu’il est du devoir de l’État de veiller à ce qu’une tragédie comme celle qui s’est produite 76 ans plus tôt ne se reproduise jamais.

Éva Fahidi, une rescapée du camp de concentration, a déclaré que toutes les occasions d'avertir du danger d'incitation à la haine devraient être saisies. Elle a ajouté que l'Holocauste avait commencé par une agression verbale et s'était terminé dans les chambres à gaz.

holocauste rom

Lire aussiLes Hongrois célèbrent le Jour commémoratif de l'Holocauste des Roms

L’autonomie nationale grecque et l’autonomie nationale arménienne de la Hongrie étaient représentées à l’événement, de même que les ambassades de France et d’Inde.

Gergely Karácsony, le maire de Budapest, a déclaré dimanche dans un message sur sa page Facebook qu'il fallait se souvenir des victimes du racisme pour éviter que la haine ne réapparaisse encore et encore.

Les coprésidents du parti vert d’opposition LMP ont déclaré que les Roms ne doivent jamais être des «citoyens de seconde zone» en Hongrie, car leur identité, leur culture et leurs traditions font partie intégrante de la culture nationale hongroise qui renforce et enrichit «notre maison commune».

"Que cette journée nous rappelle et serve d'avertissement que nous ne devons plus jamais laisser la place aux manifestations racistes, exclusives et haineuses", ont déclaré Erzsébet Schmuck et János Kendernay dans un communiqué.

La Coalition démocratique (DK) de l'opposition a déclaré dans un communiqué que le parti se souvenait dimanche des milliers de Roms qui ont été assassinés pendant la Seconde Guerre mondiale.

"Il est de notre devoir de se souvenir et de rappeler, afin qu'un pays ne puisse plus jamais envoyer ses propres citoyens à la mort sans un mot, sous prétexte qu'ils sont inférieurs", a déclaré DK.

La source: MTI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *