Catégories
Lifestyle

Débat du PE sur l'ingérence hongroise dans les médias slovènes et nord-macédoniens

Un eurodéputé du Fidesz a critiqué un débat tenu au Parlement européen mercredi sur l'influence hongroise dans les médias slovènes et nord-macédoniens comme une «campagne de dénigrement» contre la Hongrie. Le débat a été déclenché par un rapport d'un site d'information slovène sur une opération de renseignement présumée impliquant des dirigeants hongrois, des banques slovènes et d'autres personnalités clés.

Selon le rapport, l’opération internationale visait à recueillir des renseignements et à soutenir les plates-formes médiatiques liées au parti VMRO-DPMNE de Macédoine du Nord. L’objectif présumé de l’opération était d’évincer le gouvernement du Premier ministre macédonien Zoran Zaev lors des élections générales d’avril et de mettre fin à l’Accord de Prespa qui a vu la Macédoine changer son nom en Macédoine du Nord. Le rapport indique que l’opération impliquait des médias hongrois liés au parti au pouvoir, le SDS, qui étaient financés par des entreprises liées au Premier ministre hongrois Viktor Orbán.

Au cours du débat, le député européen du Fidesz Balázs Hidvéghi a déclaré qu'en vertu du principe de l'UE de la libre circulation des capitaux, les entreprises européennes avaient le droit d'investir où elles le souhaitaient sur le marché unique de l'Union, dont la Hongrie et la Slovénie sont toutes deux membres.

Il a fait valoir que la Suède pouvait également être critiquée pour son influence sur la scène médiatique slovène, notant que le plus grand quotidien économique du pays, Finance, appartenait à la société de médias suédoise Bonnier Business Press.

Hidvéghi a appelé les partis de gauche hongrois à protester également contre l’implication des États-Unis et de l’Allemagne sur la scène médiatique hongroise.

Vera Jourová, la commissaire européenne à la justice, à la protection des consommateurs et à l'égalité des chances, a déclaré que la Commission européenne considérait qu'il était important que tous les citoyens de l'UE aient accès à des plateformes médiatiques indépendantes, fortes et objectives. Elle a déclaré que les médias d'aujourd'hui étaient faibles et devenaient de plus en plus vulnérables aux pressions politiques et économiques dans tout le bloc.

Jourová a déclaré que le pluralisme et la liberté des médias étaient également cruciaux dans le cas des pays candidats à l'UE, soulignant son importance dans la prévention des ingérences extérieures dans les élections.

La CE dispose de nombreux moyens de sauvegarder les valeurs européennes, a-t-elle déclaré, ajoutant qu'elle était prête à lancer des procédures d'infraction ou à approuver une nouvelle législation si nécessaire.

Le commissaire a également abordé la question de la transparence des médias, affirmant que la Hongrie et la Slovénie pourraient avoir des difficultés à remplir ce critère lors des campagnes électorales.

L'eurodéputé de la Coalition démocratique de l'opposition, Csaba Molnár, a déclaré qu'Orbán n'avait «aucun scrupule à dépenser l'argent des contribuables hongrois pour gagner de l'influence dans d'autres pays européens». Il a accusé Orbán de tenter de se mêler de la souveraineté nationale d'autres pays.

image sélectionnée via Szilárd Koszticsák / MTI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *